Albin de la Simone, un héros de la chanson très discret

Albin
Photo : Frank Loriou

Albin de la Simone, c’est un peu le syndrome de l’éternel second qui finit par éclater au grand jour. Et si c’était finalement lui le talent le plus sous-estimé de toute cette vague de « chanteurs réalistes » qui a émergé au début des années 2000 ? Une quinzaine d’années plus tard, Bénabar peine à se réinventer, Benjamin Biolay navigue dans une autre dimension, Vincent Delerm puise beaucoup dans le cinéma pour soigner sa mise en scène et Jeanne Cherhal reste fidèle à elle-même et signe toujours des disques élégants… Quant à Albin de la Simone, longtemps cantonné au rôle de « musicien de » (pour Vanessa Paradis ou Mathieu Chedid), il gagne en assurance à chaque album et m’envoûte de plus en plus.

Des textes qui résonnent en chacun de nous

En 2013, il sortait « Un homme », qui lui avait ironiquement permis de décrocher une nomination aux Victoires de la musique dans la catégorie Révélation scène. J’avais déjà adoré des titres comme « Mes épaules » ou « Moi, moi, moi », aux textes malins et aux mélodies soyeuses. Le 24 février prochain, il publiera chez Tôt ou Tard son cinquième album qu’il a intitulé « L’un de nous ». Et je suis totalement sous le charme des deux premiers titres dévoilés, « Le grand amour » et « Dans la tête », d’une évidence mélodique folle et dont les textes ne peuvent que résonner en chacun de nous. Sans parler de ce timbre de voix feutré qui donne la sensation qu’il s’adresse directement à nous, sans filet, susurrant des mots qui rebondissent comme des balles de tennis et qui vont directement en plein cœur.

Albin de la Simone parle comme personne des choses les plus futiles de la vie, de nos états d’âme, de nos souvenirs et de nos sentiments. Il parvient à insuffler de la légèreté et de la fantaisie dans des choses pas foncièrement joyeuses, comme la rupture amoureuse (« Embrasse ma femme », « Ma barbe pousse ») ou la fin de vie (« La fleur de l’âge »). C’est la délicatesse à l’état pur, que ce soit dans les musiques minimalistes ou les textes à fleur de peau. Il prouve qu’il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes pour faire passer un message et une émotion. Pour moi, il représente vraiment tout ce que peut représenter l’expression de « héros très discret ». Mais plus discret pour très longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *