Avec Musilac Mont-Blanc, que la montagne est belle !

Musilac Mont-Blanc

En haut des cimes, les voix doivent encore résonner, même une poignée d’heures après la fin des festivités. La faune qui arpente d’habitude les sentiers de montagne et se cache derrière les rochers n’a probablement jamais vu un tel spectacle. La première édition de Musilac Mont-Blanc s’est achevée samedi 21 avril avec une nouvelle performance tonitruante de Shaka Ponk, un show gargantuesque à la hauteur du décor qui a entouré le public pendant trois jours.

J’ai déjà pu apprécier le paysage grandiose du festival à Aix-les-Bains, où j’ai déjà profité de plusieurs éditions. Les organisateurs doublent cette année la mise en implantant les deux scènes Lac et Montagne à Chamonix sur un grand terrain d’atterrissage des parapentes. Avec la vue du public sur l’Aiguille du midi et les autres sommets enneigés, les concerts n’en sont que plus magiques.

selec_musilac_mb (6)

Voir ou revoir les mythiques IAM ou Orchestral Manoeuvres in the Dark, se déhancher au rythme ensorcelant de Beth Ditto, l’ex-chanteuse voluptueuse de Gossip, ou se laisser envoûter par les incantations de Feu! Chatterton, le programme était alléchant et il a tenu ses promesses. Autres très bonnes surprises, la consécration pour Lomepal, le skateur devenu un rappeur adulé, et le retour en grâce et en douceur pour Selah Sue, que je n’avais jamais vue aussi sereine et évanescente. Un peu la même sensation que la vue de ces montagnes au moment du coucher du soleil, le genre de lumière rose et rasante qui reste longtemps en mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *