La nouvelle potion magique de Kasabian

kasabian-20170-phil-knott

Kasabian, c’est un peu comme ce petit village gaulois qui résiste et résiste encore à l’envahisseur. Depuis leur éclosion il y a une dizaine d’années, sans se préoccuper du tout de leurs concurrents, Tom Meighan et Sergio Pizzorno, deux amis originaires d’un village près de Leicester, continuent à régulièrement balancer des albums euphorisants, gorgés de mélodies à hurler très fort pendant les concerts. Ça tombe bien, leur nouvel album s’appelle « For crying out loud ». Au moins, on sait exactement à quoi s’attendre : ce mélange toujours si enivrant de virilité et de tendresse, de brutalité et de douceur, qui peut à la fois rappeler la vague Madchester chère aux Stone Roses et aux Happy Mondays, mais également des groupes plus pop comme Oasis et Blur.

« On a le droit d’être fiers de nos chansons »

Surtout, comme Astérix et Obélix, le groupe possède le secret d’une potion magique qui lui permet de se surpasser, de tout terrasser sur son passage, notamment en live où l’expérience est saisissante. Les chansons de Kasabian sont de parfaits exutoires pour mettre de côté la morosité du monde, de véritables morceaux de bravoure, des hymnes puissants qui sont d’ailleurs souvent repris en boucle par le public une fois le concert terminé. Mais le groupe traîne derrière lui une sale réputation d’enfants terribles en raison de leurs déclarations souvent provocatrices dans la presse britannique. « On a l’impression de toujours passer pour un groupe arrogant alors que ce n’est pas le cas, me confiait Sergio à la sortie de leur précédent album. On croit seulement beaucoup à nos chansons, on a le droit d’en être fiers. Notre but est de réussir à rassembler le maximum de personnes et de les inspirer. »

Défi encore réussi avec ce nouveau disque qui alterne moments plus planants comme « Put your life on it » ou « All through the night » et fulgurances électriques avec « Twentyfourseven », « Comeback Kid » et « Good fight », des bombes à retardement qui devraient encore faire des ravages lors des prochains concerts. Le rendez-vous du 11 novembre au Zénith de Paris est déjà pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *