Laissez Izia danser

izia

Depuis plusieurs mois, Izia se fait désirer. Deux ans et demi ont passé depuis la sortie de son troisième album, le premier où elle avait enfin osé se frotter à sa langue maternelle. Je n’ai gardé que des bons souvenirs de ses concerts, où se elle dépense sans compter, une véritable pile électrique qui avait (un peu) canalisé son énergie sur « La vague », ce disque plus électronique, plus nuancé, plus mélancolique aussi sans doute. Et ses dernières rares apparitions musicales ont confirmé cette évolution.

Après son duo énergique avec les Naive New Beaters sur « Heal tomorrow » l’année dernière, j’avais beaucoup aimé cet été sa tendre reprise d’Alain Souchon, « La ballade de Jim ». Et Izia vient de nous réserver une nouvelle jolie surprise grâce à l’oreille experte d’Ibrahim Maalouf, qui l’a invitée à venir chanter sur son album de reprises de Dalida.

Pas forcément gagné d’avance au vu du fossé entre leurs deux univers, mais Izia s’est finalement emparée du tube « Laissez-moi danser » pour en faire une ballade piano-voix étincelante. « Il fallait que ce soit elle qui interprète ce titre, a confié le musicien trompettiste au Journal des Femmes. Ça aurait perdu de son charme et son authenticité si on avait fait appel à quelqu’un d’autre. Elle a été honnête et franche dès le début et ça nous a mené ailleurs. Cette chanson est bouleversante et apaisante à la fois. Izia est extrêmement réaliste et sincère dans ce qu’elle dit. »

Le résultat m’a effectivement beaucoup touché car Izia apporte un nouveau regard moins festif à cette chanson, qu’on associe un peu trop rapidement au strass et aux paillettes.  L’arrangement minimaliste et épuré laisse la place aux mots, au message d’espoir et à la mélancolie. Et la voix d’Izia, qu’on reconnaît tout de même très facilement dès la première écoute, apporte juste l’énergie nécessaire pour être transporté. J’espère que cette magnifique reprise indiquera la tonalité des prochaines chansons d’Izia, avec toujours ce nouveau mélange entre force et fragilité, entre incandescence et douceur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *