Mademoiselle K solide comme un roc

17342491_10155097363923571_8098015458554900346_n

Impossible d’oublier la dernière fois que j’ai parlé à Mademoiselle K. Et pour cause, nous étions le mercredi 7 janvier 2015, nous avions rendez-vous dans un bar près de Pigalle pour parler de son quatrième album Hungry Dirty Baby. Et inévitablement, les premiers mots échangés ont tourné autour de l’attentat qui venait tout juste de se produire dans les locaux du journal Charlie Hebdo. Difficile alors d’évoquer avec un ton badin les méandres de la création artistique, les questionnements, les doutes et aussi les joies du métier de chanteuse. Une inquiétude sourde en toile de fond, ne connaissant même pas encore tous les détails de la tuerie, nous avions tant bien que mal abordé ce troisième disque écrit pour la première fois en anglais, que j’avais personnellement trouvé électrisant et dense. On s’était quittés ce jour là un peu sonnés, en quête de sens face à toute cette violence, en se disant que la musique pouvait servir de rempart face à la barbarie.

L’incandescence intacte

Deux ans plus tard, c’est forcément ce souvenir qui m’est revenu en tête au moment de recevoir des nouvelles de Mademoiselle K, qui lance une campagne de financement participatif en vue de publier son cinquième disque en septembre prochain. Son nom : « Sous les brûlures l’incandescence intacte ». Celle qui a fait ses débuts il y a plus de dix ans explique très bien les fondements de sa démarche : « Tu m’as peut-être vue à la télé, entendue à la radio, on s’est peut-être croisé dans la rue et tu t’es peut-être dit : « Mademoiselle K c’est une artiste installée c’est cool pour elle ». C’est vrai que c’est cool pour moi mais c’est pas vrai que je suis « installée » parce qu’en réalité à chaque nouvel album je recommence à zéro et encore plus depuis que je suis indépendante c’est-à-dire sans maison de disques. Tu m’as souvent dit au détour de concerts ou dans des gentils messages sur les réseaux sociaux : «bravo pour ton indépendance et si je peux te soutenir ce sera avec plaisir. Et bien nous y voilà c’est MAINTENANT ! »

da8fd5b8f9c38ce90e2b54b916c387

J’admire ce courage et ce tempérament de fonceuse que je reconnais bien là avec Mademoiselle K. Elle s’est toujours démarquée en faisant des choix forts, en assumant avec aplomb ses fêlures dans ses chansons. J’avais particulièrement aimé l’album « Jouer dehors » sorti en 2011 avec des chansons pleines de sens comme « Toujours imparfait » et des bijoux mélodiques comme « Me taire te plaire » ou « La corde ». Et je suis donc ravi de voir que sa campagne Ulule démarre sur les chapeaux de roues avec son objectif de 20 000 euros déjà atteint en moins de 24 heures. Il faut dire qu’elle l’a conçue à son image : généreuse et barrée. Ses irréductibles fans peuvent notamment se payer une culotte avec son visage transféré, la langue bleue bien en évidence, ou sa fameuse crête rouge qu’elle a portée sur plusieurs festivals. Prix : 4 000 euros. « Mon attachement est immense aussi je ne la laisserai pas partir pour moins que ça, et si elle trouve preneur, ce sera pour mon projet un putain de sacrifice utile », écrit-elle. Du Mademoiselle K tout craché !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *