Mar Del Plata, ou la résurgence de Christophe Leroy

mardelaplata

Oui, Christophe Leroy a été candidat malheureux de « Nouvelle Star » sous le pseudo de Kristov. Non, il n’a jamais vraiment réussi à transformer l’essai auprès du grand public, multipliant les expériences frustrantes en groupe ou en solo. Mais ça, c’était avant. Avant la rencontre providentielle dans une soirée avec Victor Tchouri, qui lui a redonné goût à la musique en lui faisant lire ses textes écrits dans son coin depuis des années. Victor Tchouri est le pseudonyme d’un quadragénaire qui gravite dans le milieu politique depuis plusieurs années, rêvant de trouver un jour un écrin pour ses paroles tourmentées. Pour Christophe, qui avait décidé de jeter l’éponger en 2013, c’est un vrai déclic, un nouveau sursaut dans sa carrière semée d’embûches.

Petit retour en arrière. Début 2006, je découvre le grain de voix singulier du chanteur originaire de Beauvais avec le trio Leave. Une seule chanson a suffi à m’envoûter complètement : « Une vie si belle », découverte au hasard des compilations rock fournies avec les magazines spécialisés. Oui, c’était un autre temps, d’autres mœurs, à l’heure où YouTube était en pleins balbutiements, où la musique se consommait encore beaucoup par des moyens matérialisés. La voix de Christophe, l’urgence de la mélodie et du texte scandé en français m’ont tout de suite frappé. Je croyais beaucoup à l’avenir de Leave, qui pouvait selon moi rebattre les cartes du paysage rock hexagonal. Hélas, l’aventure a pris fin seulement quelques mois après cette découverte importante. Quand Christophe devient Kristov sur M6, je ne fais pas tout de suite le lien, même si j’apprécie toujours ses influences très proches des miennes, la fébrilité de son timbre et cette mélancolie qui ne quitte jamais.

« Dans la lumière, c’est mieux, c’est vrai »

C’est pour ça que je me suis réjoui de voir ces derniers mois que Christophe avait retrouvé la flamme avec un nouveau groupe, Mar Del Plata, comme le nom d’une ville située en Argentine. Plus qu’un retour aux sources musical, c’est une véritable rédemption pour le chanteur, qui semble d’ailleurs glisser quelques clins d’œil à son passé à travers les mots de son parolier : « J’ai appris à faire le vide, je n’ai rien laissé dépasser » (« Les hommes sont des fauves ») ; « Je délaisse ma vie et je suis à l’arrêt » (« A l’arrêt ») ; « J’ai voulu renvoyer un jour les coups que l’on m’avait donnés » (« Un tour de piste »). J’ai eu l’occasion d’aller voir le groupe en live, là où l’alchimie fonctionne le mieux, avec une série de chansons très solides, tantôt épiques (« Sur les toits ») tantôt mystiques (« Yellow Roi »), mais toujours portées par une générosité et une intensité incroyable, et bien sûr la voix de Christophe qui plane toujours aussi haut.

image1

Il y a une véritable complicité, je dirais même une fusion avec ses nouveaux musiciens, un esprit d’équipe au service des chansons. Surtout, Mar Del Plata possède déjà largement de quoi enregistrer un premier album, après avoir sorti un EP intitulé « Carcosa » à l’été 2016. Carcosa, c’est le nom d’une ville imaginaire qui apparaît dans un recueil de nouvelles signé Robert Chamberts et qui a beaucoup inspiré les créateurs de la série True Detective. Tout ça pour dire que le groupe développe un imaginaire très riche, rempli de références culturelles ou sociales (Reservoir Dogs, Stan Smith), qui donne du poids aux mélodies, toujours très inspirées par les Beatles, Muse ou Queen. Très peu de groupes français tentent de se mesurer à ces monuments du rock avec autant d’acharnement. Une nouvelle chanson se détache clairement du lot pour moi, il s’agit de « Blood », dont le clip a été tourné dans des conditions live et dont l’un des riffs rappelle irrémédiablement Muse. Plusieurs dates de concert se profilent à l’horizon pour Mar Del Plata, comme le 5 décembre à la Cigale, à Paris, en première partie de The Jokers, ou en tête d’affiche à la Boule Noire, toujours à Paris, en mars 2017. Comme le chante si bien Christophe Leroy dans la chanson « Un tour de piste », « On a grandi à contre-jour, dans la lumière, c’est mieux, c’est vrai. » Qui dit mieux ?

Plus d’infos et toutes les nouvelles dates de concert sur mardelplata.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *