Mesparrow fait comme l’oiseau

Mesparrow

Sa voix éraillée, ses fêlures, sa grâce indomptable, ses fulgurances imprévisibles… rien n’a vraiment changé depuis que j’ai découvert Mesparrow un soir de concert au Café de la Danse à Paris. J’étais venu en prendre plein les yeux avec la pop aérienne de Cascadeur et ce fut le cas, mais la première partie de « Miss Sparrow », soit Miss Moineau », m’avait pas mal subjugué. Presque 6 ans plus tard, j’ai renouvelé l’expérience au Chabada, à Angers, quelques mois après la sortie d’un deuxième album encore plus expérimental pour Mesparrow. Le premier extrait « Les écrans » avait annoncé la couleur : Marion Gaume réussit désormais à faire passer des émotions en français, comme elle l’avait déjà esquissé par le passé avec le titre « City on Fire » ou à travers un duo avec Frànçois and The Atlas Mountains.

Des chansons qui prennent littéralement vie

Avec ce deuxième disque et cette nouvelle tournée, Mesparrow confirme qu’elle est un électron libre, tiraillée entre chanson française plutôt traditionnelle, comme sur « Jungle contemporaine », chanson qui donne son nom à l’album, et pop plus alambiquée, complexe, touffue et enivrante, comme avec « Fantômes », mon vrai coup de cœur. C’est sur scène qu’elle déploie vraiment ses ailes, s’appuyant toujours beaucoup sur ses talents de « loopeuse », et désormais épaulée par deux savants fous, qui aident à transformer le concert en moment de transe et d’hypnose absolue. D’ailleurs, c’est typiquement le genre d’artistes dont on devient complètement accro à partir du moment où on a vu les chansons prendre littéralement vie sur scène, se métamorphoser pour prendre des formes parfois ahurissantes. C’est le cas de chansons comme « Premier instant », « Fantômes » ou « Les écrans », dont la subtile référence à Dalida prend maintenant tout son sens. Au fond, Mesparrow fait comme l’oiseau, elle atteint des hauteurs insoupçonnées et n’atterrit que pour nourrir ses protégés de ses talents de conteuse. Alors, vole, Marion, vole !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *