Ropoporose, le rock dans le sang

RoPo

Ropoporose, c’est Romain et Pauline qui voient la vie en rose. Un frère et une sœur au tempérament bouillonnant que j’avais déjà repérés il y a quelques années et qui s’apprêtent à faire un retour très prometteur. Le duo a commencé à manier la batterie et les guitares au sein du foyer familial avant de construire des mélodies de plus en plus solides et d’attirer l’attention du milieu de la musique.

Une douce férocité

Au-delà de la belle histoire familiale, Romain et Pauline ont des références musicales qui me parlent et malgré leur jeune âge, ils savent très bien où ils vont. Pour leur deuxième album, ils sont partis enregistrés en Bretagne entourés de Thomas Poli, ex-savant fou des excellents Montgomery, et on peut donc s’attendre à du lourd et un mélange enivrant de férocité et de douceur.

Le premier extrait « Horses » donne d’ailleurs quelques indices sur le reste du disque. On y retrouve ce parfum de liberté et d’expérimentation qui frappait sur leurs premiers morceaux, avec toujours cette touche de candeur dans la voix de Pauline qui brouille un peu les pistes. « Kernel, Foreign Moon », nom de ce deuxième disque, sortira le 17 février chez Yotanka, le même label que Mesparrow, autre précieux talent originaire de la région Centre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *