Superorganism, le petit plaisir pop

superorganism

Superorganisme : Colonie d’individus travaillant de concert pour produire un phénomène gouverné par la collectivité, concept sociobiologique selon lequel une organisation sociale, comme une communauté, transcende les organismes biologiques qui la composent.

Cette définition pourrait carrément correspondre au groupe Superorganism, dont les mélodies m’obsèdent pas mal depuis le début d’année. C’est un collectif de huit musiciens venant d’Angleterre, du Japon, d’Australie, ou encore de Nouvelle-Zélande qui a déjà sorti plusieurs titres ultra-efficaces, dont « Something for your M.I.N.D » qui tourne pas mal sur Radio Nova. C’est typiquement le genre de petit plaisir pop qu’on aime s’offrir pour se mettre de bonne humeur le matin ou se remonter le moral en cas de coup dur.

Ce que j’aime, c’est la simplicité apparente de la structure des chansons, qui donne une côté immédiat et tout de suite entraînant. Le dernier single en date, « Everybody wants to be famous » – et son clip épileptique – fonctionne sur le même modèle : un gimmick très pop, la voix limpide d’Orono, étudiante japonaise de 19 ans, et des refrains à siffloter sous la douche – ou ailleurs. Quelque chose me dit qu’on devrait très rapidement retrouver ces mélodies à toutes les sauces, spots de pub, génériques d’émission télé, accompagnement de bande-annonces en tout genre, tellement le groupe semble disposer de ressources inépuisables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *