The Mirrors, des éclairs de génie

Mir

Hier soir, à Tours, le temps était à l’orage. Plusieurs déflagrations, une ambiance lourde et poisseuse, une obscurité à peine déguisée… un climat idéal pour découvrir un groupe de rock ténébreux, sauvage et électrique ! La jeune association tourangelle Beargrass (comme l’herbe d’ours) organisait justement une soirée rock dans un bar, le Puzzle. Après une première partie assurée par le tout jeune et très prometteur duo Nash, qui se revendique autant de Royal Blood que des White Stripes, place au groupe The Mirrors, en provenance d’Angers. « C’est un défouloir, une bataille, l’invocation d’un orage animal et tenace. » C’est ainsi que le duo décrit sa musique, on était donc parfaitement dans les bonnes conditions météorologiques.

Faire parler la poudre

La chanteuse Sarah et le batteur Corentin viennent de faire plusieurs concerts à travers l’Europe, en Allemagne, en Belgique et en Angleterre, où leur rock incisif et brutal a particulièrement plu. Particulièrement à Brighton, sur les terres de leur groupe fétiche, Blood Red Shoes, avec qui ils partagent ce goût des guitares saturées, des mélodies bondissantes et des refrains puissants. Dès le premier titre, j’ai été totalement envoûté par la présence habitée de Sarah et la force de frappe de Corentin. Cette dualité entre animalité et mélancolie, entre fureur et retenue, The Mirrors porte très bien son nom et leur musique m’a donné d’intenses frissons.

Le duo vient de sortir un nouvel EP sur lequel on retrouve des titres comme « Naive ground » ou « What’s my brain’s brain », qui font parler la poudre, grâce à des riffs ultra efficaces. Sur le morceau introductif « White land Wolves », c’est plus subtile, l’ambiance est tamisée, le ton monte progressivement, mais l’électricité est toujours présente en filigrane. En live, la chanteuse m’a fait penser à la folle énergie de Beth Ditto ou à Santa, la bouillonnante chanteuse de Hyphen Hyphen, avec un côté grunge supplémentaire. En tout cas, je suis persuadé qu’on n’a pas fini d’entendre parler de The Mirrors !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *