Vianney revient avec « Je m’en vais »

vianney

Lisse, insipide, consensuel, candide, voire niais, il serait facile de cantonner Vianney à des idées reçues véhiculées par le refrain simpliste de son tube « Pas là ». Vianney, c’est beaucoup plus d’intelligence, d’élégance, beaucoup de talent tout simplement. Depuis que j’ai découvert sa chanson « Je te déteste », j’ai tout de suite été saisi par la simplicité en trompe l’œil qui se dégage de ses chansons. Douce et amères à la fois, ses compositions dépeignent les états d’âme d’un jeune homme bien dans ses baskets, ses déceptions amoureuses, ses joies, ses peines et parfois aussi ses coups de gueule (« Les gens sont méchants »). J’ai immédiatement parié sur son succès fédérateur, capable selon moi de réconcilier les déçus de la variété française traditionnelle. Il l’a d’ailleurs prouvé en reprenant avec sa fougue bien à lui le tube de Rihanna « Man Down ». Je suis persuadé qu’il continuera d’en surprendre plus d’un avec son nouvel album qui sortira le 25 novembre.

Frissons attendus

Première pierre de ce nouvel édifice, la chanson « Je m’en vais », qui décrit les pensées d’un homme qui vient de quitter sa dulcinée. « Tourne, tourne dans ma tête les images du long métrage où tu es belle et moi la bête, et la belle n’est jamais sage », reprend-il en boucle sur une ballade à fleur de peau qui finit en apothéose symphonique. Il y aura beaucoup de cordes sur ce nouveau disque de 11 chansons enregistré en seulement onze jours et mitonné sur les routes de sa tournée. On y trouvera le titre, « Tombe la neige », qui n’est pas une reprise du classique de Salvatore Adamo,  des chansons aux titres plus qu’évocateurs, comme « Quand je serai père », « Le fils à papa » et ses plus de 7 minutes intenses, ou « Oublie moi » et un morceau sur les attentats, « L’homme et l’âme » qui devrait faire frissonner dans les chaumières.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *